Du son comme d’une molécule

Un vent de liberté souffle sur ton visage

Que la nature est belle,

Et que le coeur me fend —

Marie-toi, sois heureuse, et pense à moi souvent

Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses

Quand tout sera fini, plus tard, fais un enfant.

merci à Aragon et à Cyrulnik, qu’ils me pardonnent eux aussi de les avoir détournés.

A propos anthonypace33240

curieux de tout ou presque, qui aime la musique, les gens, et la vie !
Cet article a été publié dans Musique & poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s