De la Comédie, humaine ou divine

Car il est bien vrai que ce qui est divin est inhumain.

La Divine Comédie, rédigée entre 1308 et 1321, est la plus célèbre œuvre de Dante Alighieri, souvent considérée parmi les plus belles oeuvres de la littérature mondiale. C’est un poème, certes fort long, à la manière des chants antiques grecs ou latins. Elle est également considérée comme le premier grand texte en italien, dont la langue dans laquelle elle est écrite a eu une influence considérable sur la langue italienne.

Ce poème décrit la descente de Dante aux Enfers, puis le passage par le Purgatoire et enfin son ascension au Paradis, pour terminer par son union à Dieu.

Dans la Divine Comédie, la Terre est fixe au centre de l’Univers. Autour d’elle tournent les neuf cieux :
  • Les sept cieux des planètes.
  • Le ciel des étoiles fixes.
  • Le premier mobile.

Au-delà, se trouve l’Empyrée. Le Diable est au centre de la Terre. Sa chute a creusé une cavité conique dont l’axe passe par Jérusalem ; c’est l’Enfer, compartimenté en neuf cercles :

  • Les cinq premiers cercles à l’extérieur de la cité de Dité.
  • Les quatre derniers cercles à l’intérieur de la même cité.

Un chemin caché mène de la demeure du Diable à une île, diamétralement opposée à Jérusalem, où s’élève le Purgatoire ; celui-ci comprend :

  • Le rivage de l’île.
  • L’Antipurgatoire.
  • Les sept corniches.

Le Purgatoire est surplombé par le Jardin d’Eden.

Les Enfers

après une descente au travers des 9 cercles de l’Enfer, guidé par le très célèbre poète latin Virgile, Dante rencontre Lucifer, Dité, au milieu d’un endroit où tout est silencieux et où les autres damnés sont entièrement ensevelis sous la glace et souffrent en silence. Dité a trois paires d’ailes ainsi que trois têtes et donc trois visages, le premier visage est rouge de feu (représentant la haine), l’autre est livide (représentant l’impuissance), et le troisième est noir (représentant l’ignorance). Emprisonné dans la glace jusqu’à la poitrine, il bat éternellement des ailes pour tenter de se libérer, produisant ainsi des vents glacials qui maintiennent le Cocyte gelé. Les trois têtes mâchent éternellement les trois coupables : Judas (qui a trahi le Christ), Cassius et Brutus (traitres à César). Dante et Virgile sortent en s’accrochant aux poils de Lucifer et, après une petite explication de Virgile sur la manière dont ils sont sortis des Enfers, les deux acolytes, finalement, peuvent enfin « revoir les étoiles ». 

Le Purgatoire

Dante et Virgile ressortent sur la plage d’une île située de l’autre côté du globe terrestre. Ils aperçoivent alors le mont du Purgatoire, le long duquel montent les âmes des morts qui se sont repentis. Le mont est composé d’un antépurgatoire et de sept girons où doivent attendre les morts, le même temps qu’ils ont mis à se repentir. Alors que des cris et des plaintes déchiraient l’Enfer, le Purgatoire résonne de mélodies. Les âmes arrivent en chantant le psaume « In exitu Israël de Aegypto« . Chaque pécheur occupe une place relative à son péché, qui lui est systématiquement rappelé tandis qu’on invoque pour lui l’exemple de personnes qui se sont distinguées dans la qualité contraire. Au fur et à mesure qu’ils expient leurs fautes, les pénitents peuvent gravir la montagne, jusqu’à ce qu’ils parviennent à l’entrée du Paradis. Les prières des vivants peuvent alors les aider à en ouvrir les portes.

  • 1er cercle : les coupables de péché d’orgueil sont courbés par un poids sur leurs épaules
  • 2e cercle : les coupables d’envie ont les yeux cousus de fil de fer
  • 3e cercle : colère
  • 4e cercle : paresse
  • 5e cercle : avarice
  • 6e cercle : gourmandise
  • 7e cercle : luxure, sodomites

La montée est ponctuée des rencontres avec divers personnages connus de Dante ou plus célèbres (Arnaut Daniel, Adrien V, etc.). Arrivés au Paradis terrestre, en haut de la montagne, Virgile laisse Dante et retourne en Enfer. C’est Béatrice qui vient alors chercher le poète pour lui servir de guide, et « sortir vers les étoiles ». Le Paradis  Béatrice fait passer Dante au Paradis, qui est construit à l’inverse de l’Enfer (neuf cercles concentriques dirigés vers le haut). Ici on croise de nombreux saints. Chaque cercle correspond en fait à un ciel (ciel de la Lune, de Mercure, de Vénus, etc.) dans lequel sont logés les hommes sans péchés selon leur mérite. À la fin du parcours les apôtres du Christ interrogent Dante, qui répond justement à leurs questions, et passe au dixième ciel ou Empyrée. Là Béatrice le quitte et c’est saint Bernard de Clairvaux qui devient le dernier guide de Dante. Ce dernier adresse une prière à la Sainte Vierge et finalement Dante s’éteint complètement en Dieu, l’« Amour qui meut le ciel et les étoiles ».

Pour l’UDEM : l’on voit par là que, de la musique à l’astronomie, il y a un lien naturel que le musicien réinvente souvent sans le savoir

A propos anthonypace33240

curieux de tout ou presque, qui aime la musique, les gens, et la vie !
Cet article a été publié dans Musique & poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s